• J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

    Aujourd'hui, j'ai visité le Palais Royal de Phnom Penh, et vous ?

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

    Après une bonne nuit, rien de tel que de partir à l'assault du Palais Royal de Phnom Penh, un bon ptit déj (composé des tartines et d'un milk shake à la banane) et c'est parti !

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom PenhAh oui ... mais nan. Le roi du Cambodge vient de mourir et du coup le Palais est fermé... La poisse, ils devraient penser à la déception des touristes qui viennent que quelques temps au Cambodge ! Je plaisante évidemment, mais c'est vrai que je suis déçue... Mais la fermeture est justifiée, leur roi était très important pour le peuple cambodgien et reste très important dans l'histoire du pays. Le Palais Royal est le lieu de résidence des rois depuis plus d'un siècle.

    Une partie du Palais reste ouverte, celle de la Pagode d'argent. C'est une des plus belles parties donc je me hâte. La pagode c'est un peu le lieu de culte du Palais puisqu'elle est entourée à l'extérieur de plusieurs monuments, stupa, et statues et surtout, à l'intérieur, on y trouve une magnifique statue de Bouddha dorée, pas très grande mais sur un pied d'estale immense et recouvert d'or. Pour entrer, il faut se déchausser, être correctement habillé (les filles qui débarquent en short et débardeur se font préter des habits) et les photos sont interdites. 

    Je commence ma visite à l'extérieur, c'est vraiment beau et il y a beaucoup de plantes. L'architecture confirme la première impression que j'ai eu en arrivant dans ce pays,  une grande ressemblance avec la Thaïlande (logique puisqu'en fonction de la période, le Cambodge s'est parfois retrouvé appartenir à la Thaïlande/Royaume de Siam et vice versa). 

     

                    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh                      J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh                           J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

    Puis je rentre dans le bâtiment principal. Cool, y a des ventilos !!! Nan, je plaisante, ce n'est pas ma première réaction mais il fait très chaud je n'aurais pas tenu longtemps sans ça... Ma première réaction est l'athmosphère qui règne ici. J'ai visité beaucoup de temples bouddhistes depuis la Mongolie jusqu'au Vietnam en passant par la Chine, et à chaque fois, la même sensation de calme et de sérénité. Si les sons dans les églises résonnent, les temples bouddhistes au contraire semblent étouffer chaque bruit. Ce silence ajouté aux prières des praticants et à la statue de Bouddha qui inspire, quelque soit notre religion ou notre rapport à celle-ci, respect et tolérance, me font toujours cette impression. C'est reposant, et c'est tout de même bien agréable (pj)...

     

     

                       J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh                     J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh                          J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     En repartant, une petite statue un peu isolée et cachée des regards derrière un buisson, boit un coca.                                              A moins que ce soit une offrande, sympa ...

    Puis, je profite du cadre pour bouquiner dans les jardins de la Pagode.

     

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

      

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

      

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

     

     

    Le roi dans l'Histoire : histoire d'un roi, partie 1.

     

    Le 14 octobre dernier, le Roi Sihanouk est mort. Tout le pays est en deuil. Il faut dire qu'au Cambodge, il a été l'homme le plus important sur la scène politique de ce siècle :

    C'est en 1941 que le gouverneur français en Indochine met le jeune prince Norodom Sihanouk sur le trône. Il n'était pas le prétendant et pourtant il devient le roi du Cambodge, un dieu-roi, vénéré par son peuple. En pleine défaite française lors de la seconde guerre mondiale, l'objectif des français est de mettre un roi maléable au Cambodge (au même titre qu'ils avaient mis un empereur-qui-servait-à-rien au Vietnam), le prince a tout juste 19 ans.

     

    A cette époque, la France n'est plus vraiment la France et le Cambodge devient "une affaire des forces de l'axe" (Japon, Allemangne, France de Vichy ...) et en 1945, quand les japonnais voient que ça se gâte pour eux, pousse le jeune roi à déclarer l'Indépendance du Cambodge, colonisé par la France depuis un peu plus de 60 ans, ça sera toujours ça que les français et les alliés ne récupéreront pas de leur victoire... mais en fait, si, ils reviennent. 

     

    Ouais mais quand ils reviennent, mine de rien, y a quelque chose qui a changé : les français ne sont pas si redoutables puisqu'ils se sont fait bouffer par les allemands, donc ils ne sont plus invincibles ... Et effectivement, les vietnamiens "recrutent" les cambodgiens pour se battre leur côté contre la France. Et en 1952, le roi, plus si jeune et pas si docile dissout le parlement, déclare la loi martiale et mobilise un soutien international pour libérer son pays.

     

    En 1953, l'indépendance est proclamée. Du coup, Sihanouk a eu ce qu'il voulait mais maintenant, il redevient un roi "normal", donc qui sert à rien. Il préfère abdiquer, laisse son trône à son père, redevient un citoyen normal, crée son parti (le Parti Socialiste Populaire) ... Bénéficiant de son aura royal et de son crédit politique, son parti obtient tous les sièges au Parlement en 1955. Il sera presque tout le temps premier ministre ou chef de l'Etat entre 1955 et 1970. C'est de loin l'homme le plus important du Cambodge. Pour les uns, c'est un sauveur, pour les autres, il aime le pouvoir. Peut être bien que toutle monde a raison ...

     

    Oui mais tout ça, ça se passe en pleine guerre froide, guerre au Vietnam, comment se positionne le roi? Gentil ou méchant? américain ou vietnamien? communistes ou pas? Bah ... un peu tout à la fois...

     

    D'abord, il se méfie et n'aime pas trop trop les vietnamiens du nord (communistes un peu extrêmes et pas vraiment royalistes ...). Mais il craint encore plus les américains (et avec eux, les thaïlandais et les vietnamiens du sud) qui veulent le vietnam et risquent de vouloir le Cambodge aussi après (ouais, en pleine guerre froide, faudrait pas que ce pays tombe côté communistes). Du coup, il craint (à juste titre) tout le monde : il déclare le Cambodge neutre... 

     

    ... jusqu'au moment où il se méfie vraiment trop des américains et comprend (toujours à juste titre, euh ça c'est mon opinion, je sais pas si c'est fondé, à vérifier)  qu'il a pas trop trop intérêt à ce que les américains gagnent la guerre au Vietnam, sinon son royaume sera le prochain sur la liste... il prend un méga risque en cette période de guerreS : il prend parti et aide les vietnamiens du nord (qui sont un peu particuliers quand même, même si pour le moment ils sont occuper à libérer leur pays des américains, et donc on peut dire que c'est les gentils...). Inutile de préciser qu'il se met à dos la moitié du monde ...

     

     Mais après, c'est dans son pays que sa politique est critiquée : la droite critique sa politique extérieure (ils aiment pas qu'il accepte les viet du nord communistes et sa politique economique socialiste) et la gauche critique sa politique intérieure (en petit "dictateur" - c'est mon terme - il refuse toute opposition, son gouvernement est corrompu ...). Lui, comme d'hab, a qu'un objectif, garder son pays comme il est, du coup, il se "rallie" à la droite (dont l'armée) comprenant que la gauche menace les choses en place (dont son pouvoir?). Résultat: une dure repression de l'opposition (les rebelles de gauche) par l'armée.

     

    On est en 1970 et c'est la galère pour le roi : dans son pays, le conflit prend de l'ampleur, il se bat contre la gauche mais la droite gronde sa position à l'extérieur : il soutient et aide les viet du nord, copine avec la Russie, puis la Chine...

     

    Oh la la, mais qu'est- ce qui va lui arriver à ce roi qui a unifié son pays mais se montre pas très clair dans ces choix (je sais toujours pas vraiment s'il est communiste ou pas) si ce n'est pour imposer son pouvoir (parfois par la force et une repression violante de l'opposition) et garder uni son royaume ? Va-t-il être un héros genre repousser les américains (méchants avec les vietnamiens), se dissocier des communistes (qui ont une certaine tendance à virer à la dictature, donc méchants aussi) et sauver son royaume de toutes ces attaques? Que va devenir le Cambodge(ça vous êtes nombreux à savoir la -triste- suite) ? Bah, vous le saurez demain, parce que là, le roi a 48 ans et il va devoir assurer ... et moi je viens de faire le plus long encart de mon blog et je vais devoir séparer ... (sinon vous allez lâcher !) 

     

                                                   J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

     

     

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom PenhJe repars avant que la nuit ne tombe pour pouvoir voir le monument de l'indépendance (à quelques centaines de mêtres de là) à la lumière du jour. Je croise plein de bonzes (moines). Ma balade sur l'esplanade principale de la ville me fait assister à des moments de vie cambodgienne bien sympa : vers 17h, alors que des gars jouent à un espèce de sport avec un volant qu'ils tirent avec les pieds, les femmes font leur sport aussi, mi-gym, mi-step (sans step mais en musique) : "Et une et deux et une et deux et on lève le genou, un deux un deux ... c'est très marrant à voir, ça ressemble plus à une flash mob, le groupe grandissant progressivement. Pendant ce temps, les enfants jouent au foot avec une tong, aux billes avec trois billes ... Les cambodgiens sont vraiment des gens souriant, marrant. Ils sont très pauvres et ça se voit, mais ils semblent vraiment savoir continer de vivre, en riant, jouant ...  et parlant ! Ils sont réputés bavards, et bah je confirme ! Dès qu'ils peuvent entamer la conversation, ils le font ! Même quand j'achète un billet pour le Palais, la guichetière papote avec moi, même quand je décline un tour de tuk tuk, le conducteur papote ... C'est vraiment super sympa, même si leur niveau d'anglais (et le mien!!!) ne permet pas de longues discussions, on échange quand même, sur nos pays, les voyages, la vie ... 

     

     

                       J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh                     J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh                        J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh  

     

     

     

    Et puis je fais des rencontres "étranges". Au départ, une rencontre anodine, plutôt sympa : Maya, une cambodgienne m'aborde avec un "where do you come from", chose très courante quand on voyage à l'étranger, les gens viennent vers nous très facilement et un compliment genre "tu es étudiante en quoi?" (comme si j'avais encore une tête d'étudiante!), très courrant aussi, les gens cherchant à être gentil pour papoter. Elle parle très bien français donc s'ensuit une discussion sympa, on parle de nos pays respectif. Elle me raconte que sa soeur va venir en France l'année prochaine pour travailler à l'hôpital Salpétrière. Elle aimerait que je rencontre sa soeur pour parler de la France mais je lui explique que ce soir c'est mon dernier soir avec mes amis à Phnom Penh donc je décline. On se dit au revoir.

    Une heure plus tard, deux jeunes viennent me voir, elle me demande d'où je viens, normal. La discussion est sympa et normal. Puis elles me parlent de leur troisième soeur qui va venir faire ses études en France, elles voudraient que je vienne lui parler parce qu'elle aura plein de questions à me poser... Wohwohwoh !!! Wouh pinaise, c'est quoi ce délire? Tout le monde a une soeur qui vient en France l'année prochaine ou quoi ?!? Du coup, je me rend compte, qu'en plus d'avoir des points commun, Maya tout à l'heure m'avait abordée de la même manière (est-ce que je suis étudiant? puis un commentaire sur mon apparence, ma tresse "bien faite" pour l'une, mes lunettes pour les autres)... je les arrête tout de suite, je sais pas vraiment ce que c'est que cette embrouille mais là, je les crois plus du tout, je leur donne une bonne vieille adresse mail en leur disant que si leur soeur avait des questions, qu'elle me les envoie !!! Sur ce, je dois y aller ! Je suis restée très gentille jusqu'au bout parce que je ne comprend pas trop ce qu'elles voulaient. Je repars plus déçue qu'en colère, notre discussion n'était donc qu'un gros bobard ...

    (Je n'aurais pas le fin mot de l'histoire. Par contre, ça me rappelle une chose dont on nous avez mis en garde en Chine, spécialement à Shangaï des jeunes abordent des touristes, papotent, leur font visiter la ville, déguster du thé et alors que les touristes pensent passer un bon moment, il se fait avoir car on lui réclame 200€ pour les thés très rares qu'il vient de boire... )

     

       

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom PenhMa fin de balade se passe bien, je repasse devant le Palais Royal au retour et là, je découvre des centaines de gens sur la place, en train de prier, se recueillir, faire brûler des cièrges pour le Roi. C'est tout illuminé, c'est très beau et très touchant de les voir là, plus d'un mois après la mort du roi. Du coup c'est décidé, ce soir,  l'encart de mon blog sera pour lui, ce roi tellement important pour ce peuple.

     

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

        

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom PenhJe rejoins ensuite Julie et Maryse, pour notre dernier soir toutes les trois. On va manger "dans la rue" : ici, c'est comme au Vietnam, des petites chaises, des petites tables, des petits prix et on mange local avec les locaux ! et on va boire un dernier verre (d'Ice tea) !

     Ce soir je me couche tard parce que les billets d'avion que j'ai repéré pour la Nouvelle Zelande ne sont pas au prix indiqué, du coup, je dois en chercher d'autre... je ne trouverai pas ce soir ...

     

     

    Attention arnaque ! ou le fin mot de l'histoire ...

     

    je rajoute cet encart ici, mais on est le samedi 7 décembre, le lendemain, parce que je viens de faire des recherche sur ces "drôles de rencontres"

    j'ai presque le fin mot de l'histoire : j'ai retrouvé sur des forum de voyageurs d'autres gens qui, à Phnom Penh, avaient été  "invités" chez des gens pour parler de leur pays,  aider à remplir un formulaire en anglais, pour l'anniversaire d'un oncle ...ou répondre à des questions de la frangine qui va venir en France. On a tous été abordé de la même manière ...

    En fait, l'article d'un journal boucle l'histoire, puisqu'à Phnom Penh, il y a effectivement une escroquerie qui consiste à inviter les touristes chez "soi" et à lui soutirer de l'argent, par une partie de black jack truquée par exemple. La police cambodgienne est sur le coup ...

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

    Voilà, ça paraît bête et je n'aurais évidement jamais suivis qui que ce soit chez lui/elle, n'empêche que c'était très crédible la première fois et l'arnaque est pas super connue ... pour le moment.

     

     

     Encore quelques photos ...

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

     

     

     

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

     

    J90. 6 décembre, 2ème jour à Phnom Penh

     

     

    La rencontre du jour :  une dame qui a été super sympa au resto, voyant qu'on avait jamais mangé d'un plat elle est venu nous expliquer comment le manger, très gentille et attentive à ce qu'on n'ai pas besoin d'aide ! 

    La chanson du jour :   

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Tonfan
    Mardi 11 Décembre 2012 à 17:33

    Intêressant et jolies photos, pas besoin d'aller au Cambodge pour se faire arnaquer, le Maroc, ci pas loin, Ahmed te croise dans la rue et te dimande gentiment, voyant que toi y être Fronçais d'icrire une lettre pour son oncle qui l' habite Montpillier, tu y vas le thé est dija tout chaud dans les verres ça sent bon, t'y t'assois, on allume les spots et t'y voila dons la caverne d'Ali Bobard, en fait c'est une arrière boutique de boutique et tu ti ritrove coincé, Tonfan n'a rien acheté, mi li femme et la copine surtout, la pas pu resister, mais bon ça fait partie des voyages, et quand ça se passe dans la bonne humeur, en fin de compte, c'est rigolo. Conseil de Tonfan: MEFIANCE ET MEFIANCE, c'est partout même chez nous pour les étrangers voire les locaux. Continues bien et...Gaffe à toi.  Tonfan

     

    2
    babsroundtheworld Profil de babsroundtheworld
    Mardi 11 Décembre 2012 à 17:51

    Hi hi, c'est vrai, y a des arnaques partout, ça sent le vécu, m'étonne pas que certaines aient craqué ! Ceci dit, ici ça va loin, une mafia philipine très organisée qui peut te voler pas mal... mais bon, je reste évidemment sur mes gardes, et c'est très ciblé, ils sont quà Phnom Penh... Bisous !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :