• J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reap

    On the road again ...

     

     

    J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reap

     

     

     

    J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem ReapMême si j'aime beaucoup la ville de Phnom Penh, les gens, les moines, l'agitatiion, les monuments, l'ambiance ... je ne peux pas rester indéfiniment, et puis au Cambodge, il y a les temples d'Angkor donc je dois prendre la route ! Je dis au revoir à Julie, et à Maryse (qui devrait me rejoindre dans quelques jours) et je prend un bus pour Siem Reap vers 9h. Cest à 400km environ, on prévoie donc de mettre entre 6 et 9h ... Même si on prend les routes principales, ici, ça veut dire qu'elle est bétonnée, rien de plus !!

     

    J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem ReapLa route est encore une fois l'occasion de profiter du voyage, au sens premier du terme. Pour moi, prendre un bus, un train, un tuk tuk, c'est la meilleure manière de découvrir un pays, on y voit ses paysages, ses habitants dans leur vie quotidienne, l'architecture des villes, les temples, églises, mosquées ... Ici, je ne peux que constater l'importance des rizières, les cambodgiens y travaillant, avec leurs vaches, leurs buffles... Les villages de maisons sur pilotis me montrent un pays pauvre, avec peu de ressources mais J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reapcapable de s'adapter aux aléas du climat, à la chaleur et la mousson... Les villes à l'architecture désorganisée, inspirées tantôt de l'époque coloniale française, tantôt de la culture thaï, viet, ou des éthnies qui habitent encore ici... Je ne me lasse pas non plus de voir 5 cambodgiens sur un scooter, les écoliers en uniforme qui partent à vélo, les ainés pédalant pour les frères et soeurs qui se cramponnent à la selle, les buffles et les vaches qui font leur vie, tranquillement ... Je regarde tout ça défiler mais pourtant impossible de garder une trace de certaines (magnifiques) images de vie qui passent furtivement sous mes yeux, impossible de prendre une photos, le car va trop vite. J'essaie, encore et toujours, mais non, seules les grandes étendues peuvent être prises en photos, voir quelques maisons ... tant pis, je lâche pas l'extérieur des yeux, je profite, j'enregistre...

     

     

                       J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reap                    J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reap                J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reap

    Quelques photos ratées, c'est tout ce que je peux faire ! Faudra venir voir par vous même !

     

     

    Dans le bus je rencontre Ann, une hollandaise qui voyage aussi toute seule en Asie. Elle est entre deux boulots et en profite pour voyager quelques mois. 

     

    Un Roi dans l'Histoire, histoire d'un Roi ... Partie 2

     

    On est en 1970, le Roi Sihanouk Norodom a fait alliance avec le bloc communiste. Donc on a d'un côté, les américains, thaïlandais, sud vietnamiens... dont certains s'empareraient bien du Cambodge pour éviter au bloc communistes de prendre du terrain notamment et pour garder une bonne situation "coloniale" en Asie du sud est. De l'autre, les communistes dont, les chinois et les russes, les nord vietnamiens qui se battent contre les américains et que notre cher roi Sihanouk a accepté d'aider en les laissant venir au Cambodge, frontière stratégique sur le vietnam sud...

     

    Toujours difficile de dire si le Roi fait parti des méchants ou des gentils, parce qu'ici, c'est pas si simple : les gentils, c'est lesquels ??? En tout cas, il a fait son choix. Au Cambodge, c'est toujours très tendu, la droite est contre le roi qui a clairement choisi son camp en s'alliant au bloc communiste mais la gauche ne peut pas tolérer un roi qui l'a tant persécutée durant plus de 10ans pour s'être opposer à son régime (le régime de Sihanouk est très violent, répressif, ni démocratique, ni libéral, ni social, mais limite "dictature" et gendarme...) : l'ami Sihanouk est en mauvaise posture.

     

    Et puis le Roi n'aime pas que la politique, il aime le cinéma (il réalise) et ça a l'air de bien le souler desfois tout se bazar. Alors qu'il est en voyage, le général Lon Nol (dont le nom est un palindrome, et ça c'est cool) fait un coup d'état plus ou moins légal et renverse le Roi. Sihanouk étant très critiqué pour la manière dont il dirige son pays, on pourrait se dire, enfin quelqu'un de plus modéré, qui aidera le peuple à relever la tête (et à manger !) ... et bah nan, déjà, il condamne à mort le Roi (y a plus modéré comme décision) qui s'exile à Pékin. Et puis il lance un ultimatum aux Vietnamiens du nord : ils doivent se retirer sinon l'armée les délogera. C'est une déclaration de guerre car c'est évident que les viet du Nord ne partiront pas, en pleine guerre contre les USA, ils doivent garder cette position stratégique.

     

    Du coup, Sihanouk, motivé à récupérer son royaume, forme un gouvernement en exil avec l'aide des communistes, dont les communistes révolutionnaires cambodgiens qu'il appelle Khmers Rouges (ceux-là même qu'il persécutait il y a peu de temps). Cette alliance, qui est juste dûe au fait qu'ils ont un ennemi commun : le gouvernement de Lon Nol, pro USA, marque un tournant décisif de l'Histoire du pays car c'est la présence même du Roi, auquel beaucoup de cambodgiens restent fidèles, qui gonflera les effectifs du mouvement de Khmers Rouges ...

     

     C'est la guerre au Cambodge : officiellement, le pays a un gouvernement légal, pro américain et des méchants rebelles coco cherchent à les destituer en leur livrant une guerre féroce. Mais une partie des cambodgiens ne veulent pas (ou plus) de ce gouvernement Lon Nol, corrompu et cupide, qui laisse les américains bombarder le pays ("pour tuer les vietnamiens, pas les amis cambodgiens, n'empêche que c'est les civils qui trinquent, et pas qu'un peu)... les khmers rouges et le roi cherchent à revenir par la force, (soutenu par de plus en plus de monde, à bout des bombardement ou toujours fidèles à leur roi) ... guerre civile, sur fond de guerre froide (bah ici, pas froide du tout...). La guerre dure 5 ans.

     

    En 1975, les Khmers Rouges et le Roi gagnent, Sihanouk revient au pays comme chef d'Etat. Mais ce sont les Khmers Rouges au pouvoir, pas lui et ils commencent à appliquer leur idéologie. Dirigés par Pol Pot, ils commencent leurs purges :  l'idée est de purifier le pays, minorités ethniques, intellectuels, religieux ... Le roi démissionne et il est assigné à résidence, au Palais Royal de Phnom Penh. En 1979, les Vietnamiens envahissent le Cambodge et le "libèrent" des Khmers Rouges, le roi a eu le temps de se carapater en Chine. Les Khmers Rouges ne lâchent pas l'affaire, posant des mines, bombardant ... La guerre continue comme ça pendant 10 ans ...

     

    Dans un contexte de fin de la guerre froide, un espèce de compromis de paix est signé : le roi revient alors président en 1991, et roi en 1993. A partir de la, progressivement, notre cher Roi Sihanouk redevient le monarque bien-aimé de son peuple (même si ça l'ennui toujours un peu de régner au lieu de diriger!). En 2004, il démissionne pour des raisons de santé et jusqu'en 2012, il vivra entre Pékin où il se fait soigner et le Cambodge. Son fils devient roi. 

     

    Il restera le Roi-Père, le dieu-roi, vénéré par son peuple, dirigeant lors des années prospères, figure de la résistance contre les envahisseurs du Cambodge, exilé par les Khmers Rouges, et jouant un rôle politique de "régulateur" (il a sorti son pays de l'impasse politique plusieurs fois) durant son dernier règne. Selon un dicton populaire, Le Roi Norodom Sihanouk n'est pas une figure du Cambodge, "il est le Cambodge".

     

    Le Roi Sihanouk Norodom est mort le 14 octobre dernier, après une vie liée comme aucune autre à l'Histoire du Cambodge.

     

     

     

     

    J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reap

     

     

     

    Vers 16h30, on arrive. Avec Ann, on a repéré une auberge de jeunesse où les lits en dortoir sont pas cher, donc on négocie un tuk tuk (en fait, je négocie). Et attention, pas n'importe quel tuk tuk, parce qu'il y en a tellement qui se jettent sur nous avant même qu'on ai les deux pieds descendus du bus, qu'il faut choisir, et là, c'était facile : un premier nous propose son tuk tuk,  on lui donne notre prix, très correct pour nous comme pour lui et on lui dit où on veut aller. Mais comme ils ont une commission s'ils nous amènent dans certains hôtels, il râle et rechigne à nous amener à notre auberge de jeunesse. Du coup, ni une ni deux, un autre conducteur tout sourire débarque vivement : "mon tuk tuk est le plus beau-please-where-do-you-come from-please-come with me-it's funny-my tuk tuk will be happy !!" pas le temps de dire ouf, il est mort de rire et c'est communicatif ! trop marrant celui là, il a coupé l'herbe sous le pied des autres, juste en étant souriant et drôle ! C'est parti alors, si son tuk tuk est content de nous emmener, on ne peut refuser !!


    En plus, au lieu de prendre l'avenue principale, il passe par des petits villages et contourne la ville, c'est très joli et c'est vrai que c'est funny un trajet avec lui, il rigole, klaxonne, ... Cette petite balade est sympa, j'adore les trajets en tuk tuk ! Et j'en prend pas souvent parce que j'ai pas trop les moyens, (on a beau dire, marcher reste le moins cher!) mais ça me fait plaisir de temps en temps, d'autant plus que les hôtels disent toujours que c'est gratuit, qu'ils viennent te chercher au bus ou à la gare, mais en fait c'est pas gratuit, puisque tu paies ta chambre d'hôtel plus chère (sans le savoir puisque les prix sont affichés nulle-part) alors que quand je le fais,  même si je dois chercher un peu et négocier, au moins, je donne de l'argent à celui qui vit de ça ... et au Cambodge plus qu'ailleurs, c'est important ...

     

    J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem Reap

    On arrive à l'auberge et après une bonne douche, je pars visiter la ville et chercher un petit hôtel pas cher, parce que là, si pour une nuit ça ira très bien, c'est quand même une immense auberge, je suis dans un dortoir d'une vingtaine de lits, autant à côté et en haut, y a pas de porte, des moustiques et surtout, c'est très, très animé, les fêtards en vacances sont là pour écouter de la musique, boire et faire la fête toute la nuit... moi, je sais qu'après demain, je vais devoir me lever à 4h pour aller voir le levé de soleil sur le temple donc il faudra que je puisse dormir le soir si je veux profiter ... pour cette nuit c'est pas grave, je suis en vacances et demain je peux dormir. A force de tourner, négocier et chercher, je trouve un hôtel sympa et pas cher dans un quartier plus calme, je reviendrai donc demain.

     

    J91. 7 décembre, de Phnom Penh à Siem ReapLe centre-ville en soi est très touristique. Le soir, les bars, resto et boutiques sont très animés et y a tout plein de monde. Dans la foule, par hasard, je retrouve Andréas et Mickaël, les deux allemands rencontrés au Vietnam et qu'on avait retrouvé à Phnom Penh ! C'est vraiment marrant! 

    Et puis, la nuit se passe comme prévu : du bruit et des moustiques ! Je me fais littéralement bouffer!! Et puis comme il fait super chaud, difficile de se planquer sous la couverture!!

     

     

     

    La rencontre du jour : Ann, la hollandaise

    La chanson du jour :    

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    manman
    Vendredi 14 Décembre 2012 à 08:30

    J'adore tes encarts sur l'histoire,  et la vie du pays,C'est effectivement pas simple l'histoire du Cambodge, mais j'aurais bien aimé t'avoir comme prof. En tout cas comme dab c'est le peuple qui a trinqué. 

    Dans la vie de tous les jours pas toujours facile effectivement de ne pas se faire arnaquer et en même temps de donner directement à ceux qui en ont besoin pour vivre (tuk-tuk et petit hôtel). Difficile aussi pour eux qui doivent croire que tous les occidentaux sont riches,mais je pense qu'une routarde (qui marche) avec un sac à dos plus grand qu'elle (bon c'est pas dur) c'est moins tentant qu'un car d'américains ou de suisses(en principe dans certains pays c'est leur critère)!  Je te souhaite de belles rencontres quand même, je sais que c'est important pout toi même si tu ne parles pas encore cambodgien! Continues bien, si tu as 40° à l'ombre, ici c'est moins - 10° et plein de neige.   Gros bisous à bientôt (si si c'est vrai)

    P.S : c'est hôtel ou guesthouse ?



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :