• J95. 11 décembre, 2ème jour aux temples d'Angkor

     Un deuxième jour à Angkor ...

    (vous avez vu, je fais pas le coup de "Encore Angkor" ! Trop facile ... (et surtout déjà fait les autres jours!!)

     

    Cette fois, c'est à vélo que l'on va aller visiter les temples d'Angkor. Avant ça on va manger dans le même endroit qu'hier, et je commande une salade à la mangue, et oui, à tous ceux qui se disent (et qui donc me connaissent très bien!) : "Naaaaan, elle n'a pas pu manger un truc sucré/salé, sans viande, et se régaler!" : et bah si ! C'était troooooop bon ! Bon j'avoue que j'aurais même jamais tenté ça si Maryse ne l'avait pas pris hier, du coup, j'ai goûté et j'ai adoré, j'ajouterais même que dedans y avait du chou rouge que j'ai même pas enlevé, mais là ma mère va pas me croire ...

     

    J95 TEMPLE VELO

     

     

     

    J95 TEMPLE VELOAprès ce bon repas, on va louer les vélos. En les voyant je me dis qu'ils sont pas mal du tout ces VTT, mais c'est là que la dame me dit : "non, non, ça c'est pas les vôtres, les vôtres sont derrières" ... évidemment. Donc on est d'accord, on fait du vélo au Cambodge sur des vélos bien cambodgiens ! On les essaie pour être sûres qu'ils roulent, parce que visuellement ça ne parait pas évident! Et puis c'est parti ! Maryse me fait marrer parce qu'elle sait pas lire une carte ou un plan et me confie la charge de nous guider. Ouais, mais moi, je déteste rouler en ville donc je prends le petit chemin qui longe à peu près la rivière, magnifique (c'est de l'humour) ! On fait quelques km façon Paris/Roubaix pour sortir de la ville, et dire qu'en partant, Maryse cherchait à éviter les nids de poules, maintenant on cherche (en vain) les bouts de route où il n'y en a pas... ceci dit c'est cool, y a pas trop de circulaaaaaaatention !! Non, ça va, juste un scooter qui me barre la route et passe comme si de rien n'était... C'est pas grave je maîtrise le freinage comme une pro, bon j'ai pas assez confiance en mes freins pour m'en contenter donc je double ça de la méthode enfant-qui-vient-d'enlever-les petites-roulettes : avec les pieds ! (j'ai bien baissé la scelle à fond pour que mes deux pieds touchent parterre, j'ai de grandes jambes mais quand même...). Au bout de quelques km, on est sorti de Siem Reap, on se retrouve sur un petit chemin. Maintenant qu'il n'y a plus le bruit de la ville, je me rends compte qu'il y a un drôle de bruit derrière moi... zut j'ai du accrocher quelque chose, c'est peut être pour ça que je galère à pédaler, vu le son, j'ai l'impression de traîner une dizaine de canettes... à non, c'est le "cadre" qui frotte. En tout cas, ça fait bien marrer les gens qu'on croise, ils me regardent en rigolant d'un air de dire, "et oui, tu fais du vélo comme nous : à la cambodgienne!" ce qui est sur c'est que tout le monde sait que j'arrive avant même de me voir ! On passe devant de petites maisons (petites cabanes en bambou), là les familles vivent vraiment avec le minimum mais semblent s'occuper, travailler dans la joie et la bonne humeur. C'est vraiment génial de voir les gens vivrent leur quotidien, loin de tout tourisme, les enfants nous regardent passer avec des yeux qui brillent, trop contents de voir des "blancs" devant leur propre maison, il y a aussi de grands sourires ou des "hellooooo" et quand on leur répond, ils courent chercher les copains ! Les adultes aussi sont tout étonnés de nous voir là, sur nos vélos pourris, ne sachant pas si on est perdu ou si on est folle. On est pas perdu. Il faut dire que le chemin est pas facile facile, après Paris Roubaix, c'est le Paris Dakar ! Rouler dans le sable, tiens ça c'était pas prévu ! Mais je crois vraiment qu'on est sur la bonne route (dans le sens de bonne direction hein, on s'est compris!) donc on persévère !

    J95. 11 décembre, 2ème jour aux temples d'Angkor

    Et puis, on y arrive, on sort des chemins de forêt pour arriver sur la route, la vraie. Un garde contrôle nos tickets, tout étonné de nous voir arriver par là, mais non monsieur, on a pas essayé de frauder en passant par les bois, c'était exprès ... Et nous voilà reparties pour les temples. On retourne voir l'Angkor Vat puis on va voir le ... à quelques km de là.

     

     

     

     Des mômes en bord de route, essayant d'attraper quelques fruits

      

     

    J95 TEMPLE VELO

     

     

     

     

    J95 TEMPLE VELO

     

     

    On enchaine avec le Prasat Kravan, un petit temple, les plus grands on les a faits hier du coup, aujourd'hui, on prend le temps d'aller voir les petits, isolés dans la forêt et sans touristes. 

     

    J95 TEMPLE VELO

     A l'entrée, tout le monde nous saute dessus pour qu'on leur achète des trucs. Cette fois, il s'agit d'adultes. J'achète quelques babioles à une dame super sympa, qui n'arrête pas de me remercier alors que c'est moi qui suis trop contente d'avoir quelques souvenirs en sachant que ça lui est utile, c'est moi qui la remercie ! Elle parle deux trois mots de français et elle est très touchante à essayer de parler avec moi. Par contre je ne me résigne pas à acheter aux enfants... j'essaie de trouver les mamans, celle-là était tellement gentille en plus...

     

     

     

    J95. 11 décembre, 2ème jour aux temples d'Angkor    le petit loulou de la dame sympa

     

     

     Brahma, Vishnu, Shiva et ... Bouddha

       Les temples d'Angkor sont presque tous dédiés à une divinité, Angkor Vat, à Vishnu, le Baphuon à Shiva, d'autres à Brahma et beaucoup à ... Bouddha ! Et bah ouais, à l'époque, même si la plupart des rois et les traditions religieuses se voulaient hindouistes, la population était de plus en plus adepte de Bouddha et certains rois aussi. Le bouddhisme étant une philosophie, une façon de pensée, il n'est pas forcément vécu comme une religion et donc est loin d'être incompatible avec la pratique d'autre religion, et puis, la plupart du temps (parce que des fois quand-même un roi par-ci par-là persécutait les bouddhistes), la tolérance était de mise avec les deux religions, d'autant plus qu'au XIIe s., les rois sont de plus en plus souvent bouddhistes. Donc cela explique qu'on ai des temples où la gravure du visage de Bouddha trône à côté d'une sculpture de Vishnu ...

      De nos jours encore, l'hindouisme et le bouddhisme étant des religions que je dirais          "de tolérance" ne s'opposent pas (ah ? les autres religions aussi ? oups, c'est pas toujours évident...!), et peuvent même se complèter et cohabiter sans aucun (nan nan, vraiment aucun) souci. A méditer.

     

    J95. 11 décembre, 2ème jour aux temples d'Angkor

     

     

     

    J95. 11 décembre, 2ème jour aux temples d'Angkor

    Sortie de l'école (au milieu de nulle part, dans la forêt, sur le site d'Angkor).

     

     

    J95 TEMPLE VELOEt puis, même pas peur que la nuit tombe, on pousse jusqu'à un autre temple. Je me pose au bord de l'eau pour profiter du coucher du soleil et boire une noix de coco. Des gamins jouent pas loin. Alors que les touristes prennent le chemin du retour, les cambodgiens semblent, eux, réinvestir les lieux le soir, pic nic, balade, prières, le site devient alors comme un parc où les familles amènent leurs enfants à l'écart de la ville, entre forêt et lacs, où les jeunes viennent se poser après les cours ...  Alors que je prends en photo une petite fille sur un vélo avec son grand frère, ils viennent me voir, tout contents d'avoir suscité mon intérêt. On essaie de parler, la petite parle pas anglais, son frère essaie de lui apprendre "hello" et puis c'est moi qui m'essaie à quelques mots cambodgiens, et alors là, la petite n'en revient pas, "elle a dit ang gun, elle a dit ang gun" !! Toute surprise, pour une fois, c'est la touriste qui lui parle avec ses mots à elle ! (parler, ça reste un bien gros mot cela dit !)

     

    Comment éviter les moustiques

      Au cambodge, comme au Vietnam, il y a des moustiques, plein de moustiques parfois ... En fait, à peine plus qu'en France en été, dans les "zones à moustiques"... Dans les endroits touristiques on ne craint rien à se faire piquer, le risque de choper des maladies comme le paludisme, c'est plus dans les forêts humides, loin des villes et des côtes. Cela dit, c'est pas marrant pour autant, donc c'est pas compliqué, pour les éviter, j'ai mes petits trucs, et ça marche très bien :

    - éviter d'être dehors au coucher du soleil, c'est à ce moment là qu'ils sortent, ni avant, ni après. Et uniquement quand il a fait chaud, ils sont pas là quand il pleut !

    - éviter le sucre, ça les attire !

    - s'éloigner des lacs, cours d'eau...

    - avoir des manches longues et un pantalon !

     

    Ce soir, j'ai bu une noix de coco bien sucrée, au bord d'un lac, en t-shirt et short, au coucher du soleil après une chaude journée... sans commentaire.

     

     

    Puis on repart, il est l'heure de rentrer. Toujours avec mes canettes en fond sonore, on retraverse le site jusqu'à la sortie, c'est vraiment magnifique avec la luminosité du crépuscule. On passe au milieu des rizières et devant de petites maisons entre deux cocotiers... Au retour, on passe par la ville, les petits "chemins", le sable, les pistes c'est marrant le jour mais sans lumière, c'est carrément impossible la nuit. Du coup, arrive ce qui devait arriver ... Yihaa ! Heure de pointe la nuit dans Siem Reap ! AAAaaaarg, je vais tout droit, je fais raisonner ma sonnette comme un tuk-tuk fait sonner son klaxon (c'est à dire tout le temps, genre : j'arriiiiiiiiiive !), je vais pas très vite mais pas trop lentement non plus, il faut suivre le mouvement. Je me cale sur deux autres cyclistes, comme ça on est voyant, à 4. Heureusement c'est toujours tout droit. Tiens, un scooter qui me frôle en sens inverse, serait-il anglais ? non, cambodgien. Et puis, le moment tant redouté : il faut tourner. Donc un bon gros croisement où tout le monde coupe la route à tout le monde, parfois super vite, euh, je fais des grands gestes "attention je paaaaaasse !!" en sonnant et suivant de près une moto qui fait pareil. Maryse suit, nickel. On est arrivé, on rend les vélos, toutes engourdies (ça secoue le cyclisme ici!).

    Ce soir, on va manger au même endroit que d'habitude puis on rentre sans traîner, bien fatigant tout ça !

      

    J95. 11 décembre, 2ème jour aux temples d'Angkor

     

     

    la rencontre du jour : le frère et la soeur à vélo

    la musique du jour :   

     


  • Commentaires

    1
    Tonfan
    Samedi 2 Mars 2013 à 11:18

    Ok, c'est r'parti, mais c'est pas fini, je sais que maintenant que tu vas bosser un mois à "temps plein" sic! tu auras le temps de bosser un peu sur ton blog. Parceque, mes cousins et toute la famille Tonfan et encore plus,et surtout, les amis qui te suivent, disons qui te suivaient...commencent à s'impatienter, donc, ne te ménages pas, mais fait bon ménage! allez groooooos bisous et...GAFFE A TOI !      Tonfan.

    2
    manman
    Samedi 23 Mars 2013 à 07:45

    Quand tu rentreras,on feras une salade avec de l'ananas,de la mangue et du chou ! mais bon c'est le charme du voyage qui opère !  joli moment à Angkor,çà fait rêver, on dirait qu'il n'y a personne, et  joli moment de vélo (il a l'air plus grand que toi)cambodgien

    3
    Miette
    Jeudi 28 Mars 2013 à 11:24

    Quand j'irais en Asie,je sais qui je prendrais comme guide : je commande juste sans les moustiques ! vu ton grand Art pour les attirer...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :